CAC 20 – 16 ASF

     

Ce dimanche avait été placé sous le signe de la fête à Adrien Alary. Pour la réception de nos amis fleurantins et pour les très nombreux supporters et partenaires qui étaient venus assister au match face au leader de la poule, le club avait organisé une grande fête comme il a le secret. Et ce sont près de 500 convives qui sont venus partager le repas d’avant match et beaucoup sont resté à la troisième mi-temps organisée par l’amicale des joueurs.

Pourtant, au niveau sportif, tout avait mal commencé. Dès la première minute Jonathan Gendre écopait d’une biscotte sur un excès d’engagement qui n’avait finalement d’autre objectif que de montrer aux jeunes qu’il faudrait se battre pour décrocher la timbale!

Ce premier acte ressemblait d’ailleurs à un match à l’ancienne. Seuls les buteurs parvenaient à s’exprimer et les citrons étaient atteints sur le score révélateurs de 3 à 6 à la faveur des visiteurs et, somme toute, c’était logique. On était inquiet en tribune car, au-delà du score, cette première période voyait la sortie sur blessure de Lahlali, tandis que Quezel serraient les dents pour rester sur le pré.

Tandis que les Gersois regagnaient les vestiaires à la pause, les locaux demeuraient sur le terrain pour entendre les conseils de leur coaches.

Les « rouge et blanc » abordaient la deuxième mi-temps avec le vent dans le dos et toujours autant de fougue. Ils avaient décidé de faire feu de tout bois et après que Keanu Aperley eu pris un intervalle dans les 22 adverses, il servait Yzabel lancé plein fer qui allait en terre promise permettant à son équipe de prendre le score à son compte.

La joie allait durer un petit quart d’heure, les Fleurantins remettant la marche avant et occupant alors le camp des locaux. A force d’y faire et d’échauffer les esprits, ils parvenaient à servir leur ailier qui filait à son tour dans l’embut castelsarrasinois pour reprendre la tête à 20 minutes de la fin des débats.

La jeune garde « rouge et blanche » menait à nouveau la révolte car, comme leur avait asséner Leur capitaine, Edouard Crubilé dans la semaine, il était hors de question de perdre cette rencontre. Mais les minutes passaient et il fallait toujours refaire les trois points de retard consentis dans le premier acte, jusqu’à cette superbe prise d’intervalle de Pierre Dupuy qui ne coupait pas son effort avant la ligne et aplatissait le cuir entre les pagelles. Il restait alors quatre minutes après la transformation de Jonathan Gendre. Quatre minutes interminables pendant lesquelles il aura fallu contenir les hordes ciel et blanches. Mais ces derniers reculaient balle en main ne parvenant pas à trouver la faille et finissant même par être pénalisé. Jonathan Gendre se saisissait alors du ballon et bottait d’un grand coup de tatane la gonfle du côté du stade annexe, et le juge du jeu délivrait les deux équipes.

Le CAC l’a finalement encore emporter sur l’envie et la vaillance. Notre équipe est jeune et dispose d’une marge de progrès évidente. Mais, son potentiel transpire et elle s’est donné le droit d’espérer en des jours meilleurs la saison prochaine, même si elle s’est promis de tout donner jusqu’au bout de la saison.

Ainsi, la fête pouvait continuer à battre son plein jusque très tard dans la nuit.

Categories: Actualités

Laissez un commentaire