ESG 34 – 26 CAC

Comment mieux illustrer la saison de la Une que par ce dernier opus joué sous une forte chaleur chez la lanterne rouge.

Pas en reste et peu rancunier, le public rouge et blanc avait fait le déplacement en terre gersoise ce dimanche. Toutes les conditions étaient réunie pour voir du beau jeu.

La première mi-temps allait donner beaucoup d’espoir à tout le monde avant que notre jeu ne se délite au point de se voir rattraper par des locaux qui, malgré leur classement, ont fait montre, comme au match aller, de belles qualités humaines et de cohésion.

Le rugby est un sport dont la première valeur est probablement le respect. Respect des règles, respect de soi, respect de son adversaire, respect de ses supporters, respect de son maillot. En décidant de jouer pour s’amuser, notre jeune garde, à qui il faut savoir pardonner, n’a pas suffisamment respecter son adversaire ni son maillot.

Et pourtant, que de potentiel encore entrevu au cours de la première période. Trois essais inscrits et le break réalisé avant les citrons. De quoi sombrer dans l’euphorie surement, surtout après cette entame de deuxième acte très vite ponctuée par un ballon porté à dame par le grand Laborie.

Alors, l’ivresse de ces belles envolées associée à la lourdeur d’un soleil de plomb auront surement fait tourner la tête de nos jeunes cacistes.

Après l’essai de Laborie, il restait 35 minutes de jeu. 35 minutes au cours desquelles, les visiteurs ont balbutié leur rugby, se sont perdu sur le terrain, ont oublié que ce jeu n’est pas qu’un simple amusement. Gimont en a profité pour revenir, prendre la tête et, à son tour, faire un break devenu définitif. Gimont, lanterne rouge de la poule, aura fait chuter deux fois notre équipe cette année. Deux fois de trop mais ce ne fut malheureusement pas suffisant pour les Gersois pour obtenir le droit de se maintenir à ce niveau de la compétition.

De notre côté, le maintien était assuré depuis trois rencontres. C’est bien car rien n’était gagné en début de saison avec une équipe dont l’âge moyen trahit le manque de maturité. Cette saison aura donc permit à notre groupe de grandir. C’est pour cela que nous leur pardonnons les quelques légèretés entrevues de temps à autre au cours de l’exercice qui vient de tristement se conclure. 

Nous garderons simplement à l’esprit les fulgurances de Dupuy et Bertrand (je sais, ce n’est pas juste, mais c’est ainsi), le maintien acquis par un jeune collectif qui, il faut bien le dire, n’a pas été mis dans les meilleures conditions pour éclore brusquement au niveau de la Fédérale 2. Nous sommes sûr que les enseignements de cette mise au monde au forceps seront utiles pour l’avenir de notre équipe fanion. La mise au monde aurait peut être nécessité que ce très jeune collectif passe quelques moments en couveuse, couvé par l’expérience de plus d’anciens. Mais l’histoire en a décidé autrement. Il a fallu passer des forceps à la majorité, à la responsabilité de faire rayonner le club comme la classe précédente.

Reconnaissons donc que, si l’on aurait souhaité mieux, même pour ce dernier acte en terre gersoise, le groupe en construction a fait l’essentiel et s’est maintenu en vie malgré la difficulté. Imaginez un béton sans adjuvant que l’on mettrait en charge avant ses 28 jours de séchage: il s’effondrerait.

Nous avons pu entrevoir au cours de la saison que le groupe disposait d’un formidable potentiel. Il faut savoir le préserver et veiller à ce que rapidement le cuir du groupe s’épaississe ce qui permettra alors, à nouveau, de faire chavirer les montagnes et de gravir des sommets non encore explorer.

Sachons être magnanimes avec nos jeunes, car il ne se sont pas effondrés. L’édifice a tangué, c’est vrai. Mais, il est debout et chaque nouvelle journée le rend plus fort. La saison prochaine, il se renforcera encore de son expérience acquise pendant les 80 minutes de chaque rencontre.

Etre magnanime pose aussi son lot d’exigences. Sachons aussi demander à nos joueurs de se donner les moyens de jouer au niveau de Fédérale 2 pendant les deux périodes pleines qu’offrent chaque rencontre. Jouez, amusez-vous diantre, prenez du plaisir aussi car la passion qui vous anime doit en procurer, mais ne galvaudez pas ce jeu qui nous est si cher, ce maillot symbole de notre histoire, nos adversaires sources de tous vos efforts et sacrifices.

Le rideau est donc tombé sur cette saison de transition pour notre équipe fanion. Mais, le CAC est bâti sur pierre et notre réserve aura porté toute la saison, jusqu’à ce dernier match à Gimont, tous nos espoirs, toutes nos valeurs, toutes nos satisfactions. Bravo aux protégés de Cédric Pannebiau et Edgar Branco (et n’oublions pas Bastien Mercier à qui appartient aussi une part de la réussite) pour ce beau parcours durant les matches de la saison dite régulière. Demain débute les phases finales. Nous sommes sûrs qu’en y mettant la même énergie que celle déployée pendant la première partie du championnat, l’équipe peut aller loin, très loin. Pourquoi pas au bout. Il nous faudra mettre la même ardeur à les suivre que ce que nous y avons mis pour suivre la Une dans les années précédentes. Chers supporters, cette équipe vaillante vous attend lors des prochaines rencontres qui seront à élimination directe. Venez les encourager. Ils le méritent d’autant que, jusqu’au bout, ils ont fait honneur à nos couleurs.

Categories: Actualités

Laissez un commentaire