CAC 29 – 12 ROC

Gagné était le minimum attendu face à une modeste formation audoise. Le staff local a toutefois dû composer avec l’absence renouvelée de Jonathan Gendre ainsi que celle d’un des moteurs du pack depuis le début de saison : Nicola Capezzone-Saez.

Tout aurait bien pu ne pas commencer, l’arbitre initialement désigné par la fédération étant tombé malade dans la nuit. Son remplaçant appelé dimanche matin au saut du lit a dû composer avec les déviations provoquées par les blocages des gilets jaunes, notamment au niveau du péage de la ville sous-préfecture. Mais, finalement, c’est bien à 15h30 que le coup d’envoi était donné par Castelnaudary qui bénéficiait de l’appui du vent dans ce premier acte.

Dès le début, on sentit bien que les objectifs minimaux allaient être atteints.  Mais, au bout du match, certes, les locaux avaient gagné, mais ils avaient aussi laissé échapper un point de bonus qui leur tendait les bras et qu’ils avaient en leur possession jusqu’à la fin du temps réglementaire.

Il faut dire que les jambes de feu de Jules Bertrand ont encore illuminé dès la deuxième minute. Placé à l’aile, le jeune caciste venait de se faire la malle le long de la ligne de touche. Présent en attaque, mais aussi en défense, il aura été parmi les meilleurs de son équipe. Mais, les visiteurs n’étaient pas venus pour regarder jouer les Castelsarrasinois. Et à deux reprises, en ce début de premier acte, les Audois étaient à deux doigts de scorer, franchissant la ligne avec le cuir mais bafouillant leur dernier geste du fait d’une défense remarquable de D’Antona. Malgré tout, si Dunlop passait une pénalité, ce qui devait arriver arriva à la 28e, alors que la défense locale restait figée sur une pénalité bizarrement et « filoutement » jouée à la main à 5 mètres de la ligne.

Malgré ce sursaut, les « Rouge et Blanc » reprenait l’avantage par Paul-Alexandre Oro qui portait la gonfle à dame, après un contre au niveau des 40 mètres adverses. Ainsi, les locaux rejoignaient les vestiaires avec une avance de 8 points, et surtout, un essai d’avance.

Comme lors du coup d’envoi, le début du deuxième acte allait être totalement à l’avantage du CAC, qui bénéficiaient, à ce moment d’une mêlée dominatrice, et d’un alignement qui parvenait, tant bien que mal de pallier les absences de Gorcioaia et de Capezzone-Saez. Ainsi, suite à un gros travail de son pack, Dunlop prenait un intervalle et se retrouvait en terre promise tandis que trois minutes plus tard, Bertrand faisait une nouvelle fois parler la poudre par une course de près de 60 mètres permettant à son équipe de rentrer dans le bonus. On était alors à la 46e minute, et le public chavirait de bonheur.

Mais, alors que l’on pensait que l’équipe allait tout mettre en œuvre pour cantonner, avec l’appui du vent, le jeu dans le camp des visiteurs, le niveau des Tarn-et-Garonnais s’étiolait progressivement et on sentait le ROC revenir dans la partie, malgré le score. Le jeu se déroulait dès lors dans les 22 mètres des cacistes. Et ce qui devait arriver arriva. Alors que le tableau de marque indiquait 80 minutes de jeu, Castelnaudary parvenait enfin à ses fins en aplatissant l’essai qui voyait le bonus s’envoler pour Castelsarrasin.

 

 

Categories: Actualités

Laissez un commentaire