CAC 27 – 12 LSA XV

Le CAC avait le devoir de gagner ce dimanche face à une équipe du LSA XV qui, sans prétendre jouer les premiers rôles de la poule s’était refait la cerise depuis le début des matches retour en faisant tomber Pamiers en Aveyron. Assuré de leur maintien, c’est donc sans pression que les visiteurs avaient fait le déplacement en Tarn-et-Garonne. Côté CAC, après ses bonnes prestations Malemort et Négrepelisse, le staff avait décidé de reconduire le jeune Dumail à la mêlée et d’associer D’Antona et Bertrand au centre.

Après avoir longuement hésité, la pluie a finalement décidé d’épargner un terrain déjà suffisamment gras et lourd après les précipitations accumulées au cours des précédents jours. Les  tribunes étaient assez garnies malgré la concomitance du match Angleterre France qui n’a pas empêché les supporters à braver une météo incertaine. On peut toutefois se dire qu’il est dommage de voir les matches du tournoi des 6 Nations programmés sur le créneau des rencontres dominicales du rugby de clocher. C’est dommage, car le jeu était bien du côté d’Alary ce week-end.

C’est avec un vent soutenu dans le dos que les « rouge et blanc avaient décidé de débuter le match. Mais, malgré cet appui, le début du match hésitait à dégager un leader tant on assistait à un récital d’imprécisions et de ballons échappés. Riche de gabarits épais, les Aveyronnais mettaient tout en œuvre pour faire déjouer les locaux. Et, dans un premier temps, le plan fonctionnait plutôt bien et le jeu se cantonnait majoritairement dans le camp des locaux, même si les Ségalis ne les mettaient jamais réellement en difficulté. Les buteurs se répondaient et les visiteurs prenaient temporairement la tête au tableau d’affichage. C’est à ce moment que les cacistes manifestaient à nouveau de bonnes intentions et remettaient la main sur le cuir. Au lieu de prendre une pénalité largement dans les cordes de son buteur et capitaine, l’équipe décidait de tenter une pénaltouche. Ils en étaient bien inspirés puisque la cocotte se formait et que tout le pack s=propulsait Razmadze en terre promise. Cette fois-ci, après avoir déjà refusé deux essais pour ballon non aplati, le juge du jeu validait la réalisation que transformait Gendre.

Sans qu’il y ait beaucoup plus à dire, les citrons étaient ainsi atteints sur le score serrait de 10 à 9 qui ne reflétait pas la différence entre les deux équipes. A la reprise, les tribunes craignaient que l’on reprenne sur les mêmes errements qu’au premier acte. Certes, il y avait encore quelques cafouillages et Rigal, l’ouvreur aveyronnais tentait de faire quelques misères à la ligne de défense locales, mais le jeu des Tarn-et-Garonnais se mettait progressivement en place. On allait dès lors voir de grandes et belles envolées de la ligne de trois quarts du CAC mise en bonnes conditions par un pack dominateur, tant en mêlée que dans l’alignement ou les rucks. L’association D’Antona/Bertrand au centre mettait sa rivale au supplice et, à deux reprises l’équipe allait à dame.

C’était tout d’abord sur un mouvement rapidement joué qui voyait la gonfle parvenir jusqu’à Limbert qui se jouait sur son aile de deux défenseurs après un superbe cadrage débordement d’école. Puis, c’était le tour de Gendre intercalé dans la ligne d’attaque qui était servi par Bertrand qui venait une nouvelle fois de prendre un intervalle en faisant parler ses cannes.

Dès lors, le score était fait et surtout le bonus était dans la poche. Les « Rouge et blanc » géraient leur avance sans difficulté jusqu’au coup de sifflet final. Ils auraient même pu scorer une nouvelle fois, mais le score aurait alors probablement était trop lourd pour une équipe aveyronnaise qui a fait valoir ses qualités de solidarité jusqu’au bout.

Avec la défaite surprise de Mazamet à Castelnaudary, le CAC se rapproche encore de la tête de sa poule, tout en demeurant quatrième mais en augmentant son avance sur Cahors et Villefranche. Cette nouvelle victoire est la cinquième de rang. C’est aussi le septième match sans défaite que produisent les joueurs de la sous-préfecture. A suivre ?…

(Extrait La Dépêche du Midi du 11 février 2019)

Categories: Actualités

Laissez un commentaire