CAC 18 – 16 UAG

Après une semaine à craindre les effets de la météo, les terrains d’Alary avaient fini par être déclarés en état pour recevoir le match opposant Castelsarrasin à Gaillac. On a ensuite craint pour la qualité du jeu pratiqué dans des conditions climatiques moyennement propices à la mise en place d’un jeu aéré.

Malgré la belle ambiance du repas d’avant-match et le besoin de gagner des deux formations prétendantes à la qualification pour les phases finales, les supporters s’attendaient donc à un match d’hiver où le cuir serait couvé au chaud de nombreux rucks, cocottes et regroupements.

Mais dès les premières minutes, on comprend que les deux équipes vont se rendre coup pour coup et écarter un maximum de ballon. On voulait du jeu, on allait en voir. Mais, en début de première mi-temps, Castelsarrasin semble être resté dans les vestiaires et regarde œuvrer les visiteurs qui ne se privent pas de bien occuper le terrain grâce à leur ouvreur, Girou qui alterne avec justesse ses choix de jeu. Sur une pénalité pour les Tarnais, le ballon vient rebondir sur la pagelle droite du CAC qui cafouille sa récupération. Finalement, après la mêlée qui suit, Gerbeau se saisit de l’ogive pour les visiteurs et est tout heureux de se propulser en terre promise portant le score après transformation à 0-10. Les locaux sont dans le rouge et les gradins d’Alary commencent à craindre le pire d’autant que la multiplication des fautes voit Sicard écoper d’un carton blanc. Les cacistes font le dos rond pendant les dix minutes qui suivent et en profitent pour se resserrer. Revenu à quinze, ils reviennent un peu dans la partie et tentent enfin d’investir le camp adverse. Cela leur permet de se lancer sur une pénaltouche, autour d’un ballon porté idéalement conduit qui voit Torrent aplatir le cuir en terre promise. Ainsi, malgré la fougue des visiteurs, à la mi-temps, les locaux ne sont menés que de 5 points (8-13).

Dans le deuxième acte, les Tarnais montrent un jeu moins ambitieux et, surtout Castelsarrasin fait preuve d’une plus grande discipline, ayant enfin intégré que le jeune arbitre de la rencontre ne laisserait passer aucune faute.

Extrait de La Dépêche du 11 novembre 2019

Categories: Actualités, CLUB

Laissez un commentaire