CAC 21 – 12 CR

On attendait que le CAC confirme ce dimanche face à Cahors. La chaleur était attendue et, avec elle, les belles envolées dont ont su nous gratifier les coéquipiers de Loïc Laborie depuis le début de la saison. Après une semaine de repos, les locaux voyaient leur infirmerie se vider progressivement. De son côté, Cahors avait besoin de points et de préparer de la meilleure des manières la réception de Gaillac la semaine prochaine, dans un bloc qui les verra aussi se déplacer à Valence. Mais, du côté du Lot, à la veille de la rencontre, on affichait une ferme détermination à ne lâcher aucun match et à aborder la rencontre avec le plus grand sérieux.

De sérieux il en est question dans le premier acte pour les visiteurs qui débutent le match avec un vent très soutenu dans le dos. Cette mi-temps est émaillée de beaucoup de fautes de main des deux côtés et les équipes sont pénalisées pour des positions et actions illicites autour des rucks. Du coup les buteurs Salut et Lo se répondent. Et, à ce jeu, c’est Cahors qui l’emporte et atteint les citrons en avance au score 6 à 9.

Jusque-là, les deux équipes ne font pas chavirer les tribunes à l’exception d’un débordement de Bertrand qui est repris et propulsé en touche à deux doigts de l’embut visiteurs.

A la reprise, on se dit qu’avec le vent dans le dos, les locaux vont mieux occuper le terrain et enfin se libérer. Mais, les débats reprennent dans des conditions assez similaires au premier acte. Cahors parvient à faire déjouer de pâles cacistes. Est-ce la chaleur et le vent ? Toujours est-il que l’on ne prend aucun plaisir en tribune à regarder une copie n’ayant rien à voir à ce que les « Rouge et Blanc » avaient proposé jusque-là. A chaque prise d’intervalles, les soutiens se positionnent très loin et les attaques avortent après un ballon échappé ou logiquement gratté par des visiteurs qui, sans génie, continuent de tenir le score.

On entre dans les dix dernières minutes et l’on se dit qu’Alary va tomber pour la première fois de la saison quand le staff finit de vider son banc. Les Tarn-et-Garonnais investissent alors longuement le camp adverse et après avoir pilonné la ligne cadurcienne, le pack local amène le cuir à dame, permettant à Castelsarrasin de prendre enfin la tête au tableau d’affichage. Rapidement, après la remise en jeu, le CAC ramène le jeu dans le camp visiteur et obtient une pénaltouche à quelques secondes du coup de sifflet final. Mais, sur le lancer, Cahors intercepte l’alignement local et dégage l’ogive vers la touche. Mais, dans l’embut, Arakélian qui vient de rentrer surgit comme un mort de faim et contre le ballon qui a la bonne idée de lui rester dans les bras. Il n’a plus qu’à se laisser choir en terre promise pour faire enfler un score généreux pour les locaux.

Si la manière n’y était pas, on retiendra la victoire en espérant que le travail mis en place dans les prochains jours permettra de revoir un jeu plus léché de la part des Castelsarrasinois. On retiendra, aussi, que, diminué, Cahors a su mettre les ingrédients et la vaillance pour faire déjouer les locaux.

Extrait de La Dépêche du Midi du 14 octobre 2019.

Categories: Actualités, CLUB

Laissez un commentaire