CAC 45 – 18 ROC

C’est par un généreux succès que le CAC souhaitait clôturer son année 2019. Et pourtant, le staff avait une nouvelle fois décidé de faire tourner en ne titularisant pas l’équipe qui avait fait des étincelles lors du match référence contre Layrac. Il faut dire qu’on enregistrait le retour de Limouzin qui, après quelques piges avec la réserve, avait été déclaré apte à commencer en première ligne avec la Une.

D’un autre côté, Gorcioaia, souffrant d’une douleur à l’épaule, avait été laissé au repos. Le banc affichait une belle figure et laissait espérer une deuxième période de feu pour les cacistes.

Côté Castelnaudary, on venait, en position de lanterne rouge, sans réelle pression n’ayant plus rien à perdre après avoir remporté une première victoire la semaine dernière face aux Aveyronnais de Lévézou Ségala.

C’est sous un soleil radieux, mais sans incandescence, qu’allaient se dérouler les débats. Les joueurs pénètrent sur le terrain accompagnés de jeunes catégories du CAC. Le premier acte se déroule très majoritairement dans le camp des locaux et, c’est le ROC qui ouvre le score par son buteur : Batigne.

Si le CAC ne parvient pas à s’extraire de sa partie de terrain, il ne panique pas et bien que devant faire face aux cocottes des visiteurs ainsi qu’à quelques approximations dans la relance. Juste après le quart d’heure de jeu, alors que Castelsarrasin vient de s’approcher de la ligne adverse, les locaux enfonce une mêlée des Audois et Myron Dumail arrache le cuir pour se propulser dans l’en-but adverse.

Le CAC vient de prendre l’avantage, il ne le lâchera plus. Alors que l’on vient de s’échauffer quelques peu entre les deux équipes, Bertrand saisit la deuxième chance qui est donnée à son équipe en relayant Lilo qui le sert idéalement après avoir pris un intervalle.

Il envoie alors un judicieux coup de pied à suivre pour lui-même et file au nez et à la barbe des visiteurs qui constatent les dégâts. Le CAC vient d’avoir deux ballons d’attaque en une demi-heure et en ont profité pour inscrire 14 points. Cela s’appelle du réalisme car, à la mi-temps, le club de la sous-préfecture mène 14 à 6.

Extrait de La Dépêche du Midi du 16 décembre 2019

La réserve ne laisse pas plus de chance à sa rivale 80-3

Categories: Actualités, CLUB

Laissez un commentaire