CAC 22 – 15 SOM

Pour la sixième et dernière fois des phases qualificatives cette saison, le CAC rencontrait un club aveyronnais. Il l’avait déjà emporté à cinq reprises et les deux dernières fois ce fut avec le bonus. Au coup d’envoi, le club de la sous-préfecture restait par ailleurs sur une série de quatre bonus, six victoires et huit matches sans défaite consécutifs. Les « Rouge et blanc » n’ont plus connu la défaite depuis le 18 novembre dernier.

De son côté, le SOM venait au stade Adrien Alary sans pression particulière, étant quasiment assuré du maintien et n’ayant plus d’espoir de qualification pour cette saison. A l’aller, les Castelsarrasinois l’avaient emporté au bout du suspense de deux petits points laissant un goût amer aux aveyronnais qui avaient cru à leur bonne étoile jusqu’au coup de sifflet final.

Une nouvelle fois, les coaches locaux disposaient au coup d’envoi d’un banc très retaillé. Il faut dire que malgré les absences de Dupuy et Mariner, ils disposent d’un groupe de 24 joueurs très homogènes qui fait probablement la force de l’équipe depuis le mois de novembre dernier.

C’est Castelsarrasin qui donne le coup d’envoi de la rencontre et décide de produire du jeu dès l’entame de match. Mais, la défense des visiteurs s’étire mais ne rompt jamais réellement et des fautes de main viennent perturber les lancements de jeu des locaux. Sans en avoir besoin, ces derniers sont particulièrement pénalisés par un juge du jeu très attentif à leur placement. Tandis que la qualité du jeu de trois quarts s’étiole progressivement, les buteurs se répondent et, au cours du premier acte, les buteurs sont les seuls à faire enfler le score, l’écart entre les deux formations ne prenant jamais plus de trois points d’écart. Le buteur visiteur ayant échoué une fois sur le poteau, Castelsarrasin vire en tête à la pause (12-9).

Après les citrons, les joueurs reviennent avec les mêmes intentions et la qualité du jeu présenté ne s’améliore guère et l’arbitre demeure très concentré sur l’indiscipline locale. Le tournant du match a lieu à la 43e minute. A ce moment, les Millavois sont pénalisés aux abords de leur 22 mètres. Tout le monde pense que Jonathan Gendre va tenter une pénalité largement dans ses cordes, mais est-ce parce qu’il vient de prendre un coup à la cuisse ? Toujours est-il qu’il décide de taper pour jouer une pénaltouche. L’inspiration est bonne puisque le pack local forme un maul inarrêtable sur la touche qui suit est les avants cacistes portent le cuir à dame pour la première et dernière fois du match.

Après cet éclair de lucidité, il n’y aura finalement plus grand-chose à dire, si ce n’est que Millau, alors décroché, jouera crânement sa chance jusqu’au coup de sifflet final, les vagues aveyronnaises se brisant inlassablement sur une défense très solidaires des locaux qui pourront se féliciter de leur solidarité défensive, faute de mieux. Les vaillants Millavois doivent toutefois de nouveau s’incliner face à la jeune garde caciste qui enregistre sa septième victoire de rang et son neuvième match sans défaite.

Certes, le point de bonus était espéré avant la rencontre, mais il faut bien dire qu’au vu de la rencontre, la victoire n’est pas un si mauvais résultat. Il va maintenant falloir se remettre dans un autre état d’esprit avant de se déplacer pour le match qui pourrait sceller la saison du CAC, la semaine prochaine à Gaillac.

(Extrait de La dépêche du Midi du 3 mars 2018)

Categories: Actualités

Laissez un commentaire