CAC 34 – 19 FCV

Cela faisait longtemps qu’on l’attendait, mais voir une pluie fraiche s’installer en début d’après-midi sur le terrain d’Alary n’était pas pour réjouir des joueurs encore sous le coup des chaleurs estivales de ces derniers jours. Mais, finalement, le ciel a fini par devenir plus clément et la pluie a cessé, autorisant ainsi un jeu plus ouvert, ce qui n’était pas pour déplaire aux deux formations joueuses.

C’est avec détermination que Villefranche avait fait le déplacement, dans l’optique de rééditer le résultat réussi la saison passée. D’ailleurs, de nombreux supporters Villefranchois avaient fait le déplacement, remplissant copieusement les tribunes du stade, au point de couvrir la voix des locaux.

Au bout du compte Castelsarrasin s’impose sans qu’il n’y ait rien à dire. Les cacistes remportent en plus un brillant bonus qui rattrape le bonus défensif laissé en route la semaine dernière à Toulouse. Le premier acte est rouge et blanc malgré une entame déterminée des visiteurs. Mais, ces derniers ne parviennent à scorer que par le pied de leur buteur qui va jusqu’à tenter, sans succès, une pénalité des 55m.

Du côté du CAC, replacer à l’arrière, Lilo mobilise de nombreux défenseurs adverses, quand les jambes de Bertrand et Reymond font aussi des dégâts dans la défense haut-garonnaise. Envoyé par Salut et Dunlop qui sente bien le jeu, les vagues castelsarrasinoises ne cessent de déferler et le ballon est en mouvement permanent. On voulait voir du jeu, ce fut le cas. Ce premier acte est une période totalement aboutie pour les hommes du duo Deltour/David.

Du coup, mes espaces se créent et Boué va une première fois à dame, idéalement servi après que Torrent est parvenu à subtiliser le cuir sur lancer adverse. Dix minutes plus tard, Lilo lancé par Bertrand, transperce le premier rideau adverse et le jeu rebondit sur le côté opposé voyant Reymond servi « lancé » en bout de ligne. Il finira en terre promise et le CAC mène alors déjà par 17 à 3. On aurait pu s’en arrêter là, mais les cacistes ne sont pas rassasiés et continue de mettre leurs visiteurs en difficulté. Alors que les citrons s’annoncent, c’est Bousignac qui est servi à hauteur et aplatit le cuir dans l’embut. C’est alors la pause et le CAC mène alors 24 à 6 avec potentiellement le bonus en poche.

Le deuxième acte est un peu moins précis mais la volonté de produire demeure des deux côtés. On se demande en tribune si les locaux vont pouvoir tenir leur bonus car les Villefranchois reviennent avec de meilleures intentions et donnent du fil à retordre à la défense castelsarrasinoise qui fait front jusqu’à la 45e, qui voit Antony, servi en bout de ligne, réduire le score pour son équipe.

Mais, cette année, il est dit que le CAC ne lâchera jamais rien et les joueurs locaux mettent alors à nouveau les ingrédients pour reconquérir le bonus qui vient de s’envoler. Le salut vient, comme souvent depuis deux ans, du jeune Bertrand qui, sur un exploit personnel de 40 mètres, va pointer l’ogive entre les perches, sonnant le glas des ambitions d’un FCV qui envoie du jeu jusqu’à la dernière seconde, mais se heurte à une solidarité caciste impressionnante.

Au bout du compte, le CAC remporte un bonus amplement mérité face à une très belle équipe de Villefranche qui n’aura eu de cesse que d’ouvrir le jeu. Les avants locaux auront fait une grosse prestation quand les arrières ont régalé les tribunes d’Alary. Le travail réalisé dans la semaine pour gommer les scories constatées la semaine dernière aura porté ses fruits. Espérons que cela donnera envie au public castelsarrasinois de venir encourager en nombre son équipe.

Extrait de La Dépêche du Midi du 23 septembre 2019.

Categories: Actualités, CLUB

Laissez un commentaire