Ils sont quelques uns à avoir quitté les Espoirs de l’USM cette année pour rejoindre le CAC. Parmi eux, Vivien Barde qui évolue au poste de demi de mêlée.

C’est par le football que le jeune Montalbanais débute dans le sport. Mais, quand il rentre à la maison, son beau-père l’initie au monde de l’ovalie en regardant de nombreux matches de rugby sur le petit écran. Progressivement le virus va le gagner et il va même suivre son beau-père à Sapiac les week-ends. L’ambiance de la cuvette et l’envie de jouer avec ce cuir si imprévisible emportent la partie et il va rapidement rejoindre l’école de rugby de l’USM pour assouvir sa nouvelle passion. Il a alors 7 ans et restera 14 saisons sous les couleurs de Sapiac. Il y fait même quelques feuilles de match avec les Espoirs de l’USM. De cette période, il garde d’inoubliables souvenirs, comme ce tournoi à Ernest Wallon où l’USM échouera en finale face au Racing Club de Toulon, ou comme ce match de super challenge, en minimes, où il l’emportera face à l’ASM au cœur du stade Marcel Michelin. Quand on lui demande ses joueurs préférés, il n’hésite pas à citer Antoine Dupont bien sûr, mais aussi le All Black Aaron Smith.

Pendant tout ce temps, il suit une scolarité des plus normale au collège Notre-Dame puis au lycée Bourdelle de Montauban avant d’obtenir son BAC puis un BTS en transport et prestations logistiques. Nous l’avons rencontré lors de son premier entrainement au cœur du stade Alary.

Pour la première fois, vous changez de groupe et de couleurs. Comment vous êtes-vous senti ?

Vivien Barde: Je n’ai pas trop été dépaysé car, finalement, vu l’âge moyen du groupe, je connais pas mal de joueurs. Nous avons soit joué ensemble comme avec Nassim Elyoumouri ou Jules Bertrand, soit été adversaire comme avec Enzo Salat, Benjamin Causin, ou encore Quentin Andron. Le groupe est très accueillant et veille à intégrer les pièces rapportées comme moi. C’est très agréable. Ensuite, j’ai veillé à me maintenir dans une bonne forme pendant le confinement ce qui fait que physiquement, j’étais bien. C’est un vrai plaisir de retrouver le ballon en même temps que les gars.

Qu’est-ce qui vous a attiré pour venir au CAC ?

VB: Comme je vous ai dit, j’y connais quelques camarades. Ensuite, tout le monde sait que le CAC est une équipe qui a toujours eu de l’ambition et c’est encore le cas aujourd’hui avec ce groupe. L’équipe et jeune et dynamique. Ils sont vraiment durs à joueur et on un très bon niveau. Je ne dis pas ça seulement parce que je les ai vus, mais aussi et surtout parce que je les ai joués l’an passé à Alary alors que le CAC était en Fédérale 2.

Souhaitez-vous faire passer un message ?

VB: Je voudrais remercier les joueurs et le staff pour leur accueil, mais aussi les dirigeants pour leur confiance et les bénévoles que j’ai déjà vu se dévouer à Alary. Ensuite, je voudrais dire aux supporters que nous comptons sur eux pour venir encourager l’équipe 1 bien sûr, mais aussi l’équipe Espoir car c’est une vraie chance pour les Espoirs de jouer en lever de rideau de la Une.

(Extraits de la Dépêche du Midi du 26 août 2020)

Categories: Actualités

Laissez un commentaire